Gratuité En savoir plus

Bibliothèque municipale de Rouyn-Noranda

La Noyade de 9604 caribous

Gaetan Hayeur

 

En septembre 1984, 9604 caribous trouvaient la mort par noyade à la chute du Calcaire de la rivière Caniapiscau, principal affluent du fleuve Koksoak qui se déverse dans la baie d'Ungava. Cet événement peu ordinaire et fortement médiatisé opposa fermement Hydro-Québec et la Société d'énergie de la Baie James (SEBJ) aux Autochtones qui accusaient Hydro-Québec d'avoir provoqué cette « catastrophe » en ouvrant l'évacuateur de crues du réservoir Caniapiscau, ce qui, selon eux, avait gonflé les eaux de la Caniapiscau et entraîné la mort des caribous. Cet accident confronta également les gouvernements du Québec et de Terre-Neuve, ainsi que les ministères québécois de l'Environnement et du Loisir de la Chasse et de la Pêche tout autant que le Secrétariat des activités gouvernementales en milieu amérindien et inuit (SAGMAI) qui ne s'entendaient pas sur les causes de cette noyade massive : était-ce un événement naturel ou une erreur d'Hydro-Québec ? Cette controverse se prolongea sur plus d'un an et engendra un cirque médiatique international d'une ampleur démesurée où les faits furent souvent sacrifiés au profit de la fiction et d'opinions farfelues. Cette saga médiatique a créé une légende urbaine tellement ancrée dans l'imaginaire collectif que, malgré les études scientifiques nombreuses et les témoignages des spécialistes qui démontraient qu'il s'agissait d'un événement naturel, beaucoup de gens croient toujours, près de 30 ans plus tard, qu'Hydro-Québec était responsable.



Vous avez lu ce livre ?

Donner votre avis