Fête de la St-Jean En savoir plus

Fête du Canada En savoir plus

Bibliothèque municipale de Rouyn-Noranda

Adultes

Littérature

Appels entrants illimités

David Paquet

 

Trois jeunes, éclatants et fragiles, partagent un appartement et tentent de donner
un sens au chaos dans lequel ils évoluent. L’extérieur les presse frénétiquement de
consommer, de se fondre dans le moule, de prendre position, alors qu’ils
pleurent, se cachent sous des déguisements, cherchent l’amour. Chassé-croisé de
situations cocasses où le réalisme se dissout dans la magie, dans l’improbable et
dans le déconstruit.

David Paquet s’adresse de nouveau aux adolescents avec un mélange d’humour
corrosif et de surréalisme tendre qui n’appartient qu’à lui. Comment s’ouvrir au
monde tout en préservant son intimité ? Devant le bourdonnement ambiant,
comment faire le tri dans son propre désordre ? Les personnages sont maladroits,
un peu décalés, très attachants, et se débattent dans ce que le metteur en scène a
qualifié de « comédie existentielle joyeusement baroque », où les frigos parlent et
où les chats explosent !

 

Le Boss est mort

Yvon Deschamps

Vivre par procuration. Succomber au désespoir. Survivre dans la risée. Cette drolatique tragédie pathétique met en scène un homme pour qui « le Boss » devient l'archétype suprême, égal à Dieu, plus grand que la Mort ? Non, puisqu'il s'en est allé, mais plus grand que l'homme, que Lui, le petit homme, le prolétaire. Est-ce le portrait de l'homme d'une culture ?De l'homme d'une époque ?De l'homme d'une génération ?L'homme est-il un peuple ? À n'en point douter, l'homme, si petit soit-il, est une grande ouvre. Le boss est mort, vive Yvon Deschamps !