Bibliothèque municipale de Rouyn-Noranda

Adultes

Roman québécois et canadien

Toi et moi ça fait six

Amy Lachapelle

La belle-mère a mauvaise presse. Pensons à celles de Cendrillon et de la petite Aurore, l'enfant martyre... Pourtant, si une femme laisse entrer dans sa vie un homme qui est père, elle doit être vraiment en amour et beaucoup aimer les enfants, non ? C'est ce que Amy Lachapelle raconte dans ce roman portant sur les familles recomposées. Évelyne Bonenfant, auteure, éditrice et journaliste pigiste, s'est lancée dans une relation compliquée, assortie d'un rôle de belle-mère à temps plein de quatre attachants enfants. Depuis, elle a vu son quotidien changer du tout au tout. Pour le meilleur.

Un pied dans la tombe, l'autre au bistro

Paul-Christian Deroo

Un homme condamné à l'exil par son pays d'adoption, le Canada, essaie de mener une vie normale dans une ville du nord de la France. Il a fait la paix avec son passé et connaît une bienfaisante accalmie, jusqu'à ce qu'Émile, une vieille connaissance, débarque chez lui avec son cancer et ses habitudes d'ivrogne. Les deux amis pren­nent la route à la recherche des plaisirs terrestres...

Des papillons pis des fins du monde

Alexandra Larochelle

La vie de Frédégonde paraît remplie de promesses depuis qu'elle est revenue avec Christo. Mais chacun sait que rien n'est facile quand on s'appelle Frédégonde Hautcoeur. C'est le début pour elle de l'âge adulte dans la grande ville avec des dilemmes indilemmables pour l'avenir. La recherche du premier appartement, l'épopée de la colocation et la frénésie des initiations donneront le ton à ce roman, alors que Frédégonde tente de résister aux ouragans de changements. Réussira-t-elle à garder son couple ? Sûrement pas. C'est pas une histoire à l'eau de rose, quand même...

Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux

Sylvie Desrosiers

Pour Suzanne, antiquaire, cinquantenaire pas tout à fait ­assumée et récidiviste du cancer, le jour de son anniversaire est l’occasion de retrouvailles avec sa vieille bande d’amis... Elle a 55 ans… 58 ans… 62 ans…

Sur le ton de l’humour et de la fausse légèreté où la ­fraîcheur le dispute au tragique, Suzanne scrute la vie, les destins, les bons coups et les travers de chacun, tout en égrenant son chapelet de listes?: Je n’aurais jamais dû… Si j’avais pu… Les dix manières dont je n’aimerais pas du tout mourir… Les endroits où j’aimerais aller avant de ­mourir…

Dès les premières pages de ce roman qui n’en finit pas de surprendre, on est conquis par la plume alerte et enjouée de l’auteure qui, de son propre aveu, «s’est posé toutes les questions possibles sur la-vie-la-mort-le-­bonheur-et-notre-passage-ici-bas».

Délivrance #02 La confession

Chantale D'amours

Après avoir délicieusement sombré dans le torrent de ses désirs pour Ethan, Emma voudrait se livrer sans retenue à cette nouvelle relation. L'homme d'affaires lui impose pourtant une condition: tout réel lien d'attachement entre eux est proscrit. Les deux professionnels se lancent ainsi dans une aventure explosive où la prudence reste de rigueur... Alors qu'Ethan tente de respecter ses précieuses règles, Emma, qui s'épanouit de jour en jour à son contact, s'emploie à lui rendre la tâche impossible. Plus elle en apprend sur la vie de son amant, plus elle ressent le besoin de percer le mystère de son douloureux passé. Pourquoi refuse-t-il de s'engager véritablement avec elle? Et pour quelle raison la garde-t-il loin de ses secrets? Au fil des jours, les vêtements tombent et les vérités se dévoilent.

La Petite voix m'a dit

Marguerite Maltais

Meggie, une femme de 50 ans à la recherche de réponses sur sa vie, fait par hasard la connaissance d'une fillette. Cette petite inconnue la guidera à travers un univers fantastique vers la confrontation de ses peurs, de ses dualités et la poussera à combattre ses propres démons. La joie, la colère, les remises en question et plusieurs mésaventures l'obligeront à s'ouvrir et à se regarder telle qu'elle est, l'aidant à trouver des réponses cachées au plus profond d'elle-même.

Les Filles-losophes

Danielle Dallaire

Tous les prétextes pour aider les autres sont bons pour ce trio attentif aux autres... Elles adorent parler de leurs perceptions du labyrinthe qu'est devenu notre monde de fous ! Les mille et un signaux qui servent d'alerte ne réussissent pas à nous atteindre, constatent-elles.

— Un GPS débranché ne mène nulle part ! s'indigne Fanny avec raison.

— En bonne fille-losophe, peut-on simplement se demander : « Suis-je bien là où je crois être ? » Se perdre est normal... mais qui sait comment retrouver le chemin de sa propre vie ! commente Rebecca.

— On dit que le messager est parfois plus important que le message, les filles ! La curiosité est la clé de tout apprentissage... Nous les apprenties-sages, on le sait heureusement depuis longtemps! Go ! lance Justine, la plus philosophe des inséparables amies.

Je t'aime... moi non plus

Catherine Bourgault

Alors que le destin lui arrache, le même soir, les deux êtres qu'il aime le plus au monde, Sacha se retrouve sans aucun repère. En leur absence, la musique ne l'intéresse plus... et la descente aux enfers devient inévitable. Un séjour isolé dans un chalet rustique l'aidera peut-être à appréhender le monde sous un éclairage favorable. De son côté, Jenny parvient à donner un sens à son existence : elle sort de l'ombre et déniche un travail qui la passionne. Les hommes sont à ses pieds et elle se crée un nouveau cercle d'amitiés. Toutefois, réussira-t-elle à vivre longtemps sans Sacha ? Leur amour peut-il s'éteindre à jamais ? Dans ce deuxième volet, les personnages se situent inévitablement à la croisée des chemins.

180 jours et le coeur plein

Julie Marcotte

Les miens d'abord. C'est avec cette belle résolution qu'Olivia reprend son travail d'enseignante au primaire après un long congé de maternité. Épidémie de poux, collègue un peu zélé et parents parfois imprévisibles : elle doit vite se replonger dans les aléas du métier. Refusant que ses proches ne récoltent que les miettes de sa présence, elle s'applique toutefois à s'occuper de ceux qu'elle chérit plus que tout. De son bébé qu'elle devra laisser aux bons soins de la gardienne. De ses jumeaux de sept ans, qui vivent des hauts et des bas à l'école. De son père, avec qui elle entretient une relation boiteuse et dont la santé faiblit. Et de l'homme qu'elle aime à la folie.Mais, lorsque ses élèves lui en demandent tous plus les uns que les autres, que la belle Ophélie refuse de parler, qu'Axel trimballe en classe ses amis imaginaires et que Jolan se réfugie sous les meubles comme un animal farouche, Olivia remet en question certaines de ses décisions. Pourquoi a-t-elle choisi ce métier, qui la laisse trop souvent la tête et le corps vides... mais le coeur plein?

La Crue

Ariane Bessette

Ça s'est passé au matin du 29 décembre 1977. Ce n'est pas une chose que l'on
oublie. La mémoire ne laisse aucun répit. L'hiver crachait des bourrasques de
neige aux fenêtres de l'hôpital quand ce matin-là j'ai accouché d'un bébé que
l'on a déclaré mort-né. Un bébé dont je n'ai su que plus tard le sexe, dont je n'ai
jamais vu le visage, un tout petit bébé que l'on a pris à moi ce jour-là, que l'on a
enlevé de moi.
Toi.
Trente-trois ans après avoir accouché d'une petite fille déclarée morte à la
naissance, une femme reçoit un coup de téléphone par lequel le passé ressurgit
tout à coup. Ses certitudes sont ébranlées et elle entreprend une enquête,
marchant sur le fil ténu entre raison et imagination pour découvrir la vérité : et si
on lui avait menti et que son bébé n'était pas mort ?

Les Pieds dans la mousse de caribou, la tête dans le cosmos

Jean-Yves Soucy

Chargé de ses cannes à pêche, Jean-Yves Soucy sillonne le Québec avec son épouse, en direction de la Côte-Nord. En chemin, il tombe en amour avec Baie-Trinité et sa Zee où il pourra taquiner la truite et peut-être pêcher enfin son premier saumon. Il installe sa roulotte sous les arbres du camping devant le fleuve, et y passe trois longs étés. C'est là q u'il mijote ce livre.

Il prend abondamment de notes et de photos sur place, mais graduellement le récit qu'il envisageait se transforme, élargit son horizon et devient la réflexion approfondie d'un homme non seulement sur sa poursuite d'un poisson «légendaire», mais aussi sur l'intrication de sa vie personnelle à la Vie en général, sur la nature, sur l'histoire, sur la place dérisoire et pourtant centrale qu'il occupe dans l'Univers, entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Car l'être humain, en tant que «poussières d'étoiles», devient la matière q ui se contemple elle-même.

Le Jardin de cendres

Mélanie L'hérault

Suisen

Aki Shimazaki

À la tête d'une société prospère fondée par son grand-père, Gorô est marié avec une femme de bonne famille et père de deux enfants pour qui il a des ambitions claires. Il entretient deux maîtresses - dont une magnifique actrice -, il s'entoure de clients importants dans les bars et exhibe fièrement des photos de lui auprès de célébrités. Même s'il croit en mériter toujours davantage, Gorô trouve qu'il a bien réussi sa vie. Or, le jour où ses convictions sont une à une ébranlées, il est forcé de se regarder franchement dans le miroir, sans doute pour la première fois.

Dans ce roman, Aki Shimazaki plonge au cour des blessures d'enfance qui deviennent parfois des failles à l'âge adulte.

Sur le quai des gares

Pascal Cloutier

XieXie

Michelle Deshaies

"Chine, 1935 - Dès son arrivée au port de Guilin, Rose, une jeune Anglaise, se prend d'affection pour XieXie, une servante chinoise au service de son mari. Raymond, que Rose est venue rejoindre, est grandement accaparé par la mine dont il est le directeur. Il voit donc d'un bon oil la relation qui naît entre les deux femmes. Pendant ce temps, la situation politique se dégrade en Chine. Alors que les troupes nationalistes de Tchang Kai Chek et celles, communistes, de Mao Dsedong s'affrontent, l'arrivée imminente des Japonais crée la panique à Guilin. Les Occidentaux sont obligés de rentrer dans leur pays. Rose et Raymond ne se résigneront toutefois pas à laisser XieXie derrière eux. Un roman dépaysant, d'une grande délicatesse, qui nous transporte dans une époque troublante et méconnue de l'occupation coloniale de la Chine."

La Fêlure de Thomas

Hugues Corriveau

Ce roman, sous ses allures d'intrigue policière, raconte avec tendresse l'histoire de Thomas, qui s'amuse à voler de la gomme à mâcher Bazooka au dépanneur du coin. Or, un soir où il s'apprête à commettre son larcin habituel sous l'oeil complice de la fille au comptoir, deux voleurs entrent et tuent cette dernière. L'enfant terrifié se retrouve avec, entre les mains, le révolver des deux assaillants et fait feu, les tuant à son tour. Un homme patient cherchera à comprendre pourquoi Thomas a tiré, voudra savoir si ce geste a un lien avec la mort de son frère ainé, Will, disparu deux ans plus tôt. Avec une grande délicatesse, La fêlure de Thomas creuse l'âme d'un enfant doublement meurtri et dévoile l'imagination fertile de l'enfance.

L'Embaumeur

Anne-Renée Caillé

L'homme dont il est question ici a longtemps préparé les morts pour une dernière exposition. Il aime le travail bien fait. Venu à ce métier à rebours des vivants par une sorte de vocation, il a accepté de répondre aux questions de sa fille et de raconter les corps. Pour plus d'efficacité, il a griffonné une liste : le pompier, le prêtre, deux jeunes filles retrouvées près d'une forêt, le métro, etc. Des dizaines et des dizaines de cas que l'embaumeur n'a pas oubliés. Anne-Renée Caillé a su faire de ces conversations avec son père un premier livre fort, sobre et profond.

Nénuphar

Maryse Barbance

« Si la nouvelle est affreuse je ne les laisserai pas faire. C'est ce que jeme dis. Je ne sais comment décrire la terreur qui me saisit lorsque j'imagine ce qui peut advenir. Elle me pétrifie. L'humain n'est-il pas fait de l'intégrité de son être : âme, corps et voix? » Au fil d'une écriture sensible, ponctuée d'évocations, Maryse Barbance nous fait pénétrer dans l'univers de Florence vivant dans l'interminable attente de nouvelles sur sa maladie. « Nénuphar. J'appelle la chose ainsi pour pouvoir vivre avec, et en hommage à Vian », écrit celle-ci. Le mal évoluant, les questions se multiplient : Qu'est-ce qu'une femme? Que signifie grandir? Aimer? Comment composer avec demain quand aujourd'hui se fait si fragile? Pour échapper à ces interrogations lancinantes, Florence emprunte la voie de ses souvenirs. De Paris à Montréal, c'est sa vie qu'elle revoit - ses rêves, ses luttes, ses amitiés. Une vie dont elle a fait une traversée au bout de laquelle la maladie ressemble à un havre ultime ! «Dialoguer au moins autant que lutter, demander des trêves, refaire ses forces, louvoyer si nécessaire », consigne Florence en travaillant à rassembler ces mots « qui aident à vivre, à faire des petits tas, telles des graines en devenir, qui permettent de retenir des pensées quand tout se délite, de se retrouver quand tout s'effondre ». Le calme succèdera-t-il à la tourmente ?