Gratuité En savoir plus

Bibliothèque municipale de Rouyn-Noranda

Un roman graphique qui va loin - Fanny Britt / Le parcours exceptionnel de Jane, le renard et moi

15 novembre 2013

Le New York Times vient de publier, en novembre, les gagnants du New York Times Best Illustrated Children’s Book Awards, classement des dix meilleurs livres jeunesse illustrés pour l’année 2013. Sélectionné par un jury indépendant, ce prix est remis depuis 1952 à des ouvrages jeunesse se démarquant pour leurs qualités artistiques. Fait digne de mention dans notre monde littéraire, un livre québécois figure cette année sur cette liste prestigieuse. Il s’agit d’un bijou de roman graphique qui a pour titre Jane, le renard et moi, écrit par l’Amossoise d’origine Fanny Britt et illustré de main de maître par Isabelle Arseneault.

 

Paru à la fin de 2012 aux éditions de La Pastèque , Jane le renard et moi est un roman graphique qui parle avec finesse d’intimidation et d’exclusion. « Au départ, je n’avais pas l’intention d’écrire sur l’intimidation. C’est une histoire à 80 % autobiographique et je voulais surtout parler de ce moment de perte de l’innocence, quand on passe de l’état de petit animal qui joue avec insouciance à celui d’animal social, prenant conscience des autres et qui souffre. C’est la fin de l’enfance et ce moment a construit ma vision du monde. »

 

Lorsque l’éditeur l’a invitée à réaliser un projet, c’est cette histoire qui lui est venue, naturellement. « Ça prenait du dessin pour que l’histoire jaillisse, plutôt que le théâtre ou la caméra », précise l’auteure qui avoue avoir été touchée par les propositions d’Isabelle Arseneault. Réunies pour la première fois autour de ce livre, une grande complicité s’est de toute évidence installée entre elles. « Son dessin est très sensible, mélancolique, à la fois direct, dru, rugueux, mais parfois flou et très féminin. Déjà au stade des esquisses, j’ai compris que je ne pouvais pas mieux tomber! », confie Fanny Britt au sujet de l’illustratrice.

 

Alors que ses œuvres antérieures questionnaient plutôt les notions de couple, le fait de devenir mère influence aujourd’hui son travail, autant celui destiné aux jeunes qu’aux adultes. « Même dans ma pièce de théâtre intitulée Bienveillance, le rapport à la mère est très important. Dans Jane, le renard et moi, je fais un hommage à ma propre mère, avec ses soupers d’amis et Richard Desjardins qui joue dans la maison, ma mère qui cousait pour moi la nuit !», raconte Fanny Britt. « En fait, ce livre réunit à la fois mes souvenirs de fille et de mère.»

 

Depuis sa sortie, le livre connaît un succès inespéré. La liste des prix et nominations est longue : Grand Prix Lux 2013  pour l’ illustration, double nomination au Prix littéraire du Gouverneur général pour le texte et l’illustration, Joe Shuster Awards  2013 dans la catégorie Dessinateur de l’année et pour Fanny Britt  dans la catégorie Scénariste, Bédéis Causa 2013 - Grand prix de la ville de Québec,  Bédéis Causa 2013 - Prix Réal-Fillion  pour l’auteur québécois, scénariste ou dessinateur, s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel, et j’en passe!

 

Si le livre réussit à toucher tant de lecteurs, même les adultes, c’est sans doute grâce à son intelligence, sa justesse et parce qu’il s’inscrit malheureusement dans des sujets de grande actualité. « Les jeunes de 5e ou 6e année sont pile dans ces questions-là d’exclusion, de préoccupation de leur image corporelle. Mais les lecteurs sont très diversifiés, parce que même les parents s’y reconnaissent », explique Fanny Britt. À son avis, la clé de ce succès est qu’elles ont fait le livre qu’elles voulaient faire, sans compromis, sans chercher à faire consensus. « C’est un récit d’enfance et non un récit pour les enfants. »

 

D’abord reconnue dans le monde théâtral québécois, Fanny Britt écrit et traduit des pièces de théâtre. Depuis quelques années, elle a élargi son répertoire en écrivant des livres pour la jeunesse, notamment avec la série Félicien, illustrée par Marianne Dubuc et publiée à La Courte Échelle. Elle mijote aussi des projets de télévision.

 

Jane, le renard et moi est traduit en anglais et publié aux éditions Groundwood Books/House of Anansi Press. Il est actuellement traduit en espagnol, en italien, en allemand et même en coréen!